Apostrophes : Kafka, Orwell, Kundera | Archive INA

Abonnez-vous http://bit.ly/inaculture
Apostrophes | Antenne 2 | 27/01/1984
Trois grands écrivains sont à l'honneur à "Apostrophes" : Franz KAFKA, George ORWELL, Milan KUNDERA.
Milan KUNDERA, né en 1929, écrivain tchèque, exilé en France depuis 1975 et naturalisé français depuis 1981 vient de publier "L'insoutenable légèreté de l'être" chez Gallimard. A ses côtés :
- Simon LEYS de son vrai nom Pierre RYCKMANS), sinologue, enseigne la littérature chinoise à Canberra, auteur de "Les habits neufs du Président Mao", et surtout de "La Forêt en Feu" qui donna lieu à une mémorable séance d'"Apostrophes" en 1983, vient de publier "Orwell ou l'horreur de la politique".
- Maurice NADEAU, critique littéraire et éditeur de la Quinzaine Littéraire.

Milan KUNDERA estime que pour son travail d'écrivain son exil est un enrichissement par la confrontation des deux langues. Son père était un pianiste qui jouait des compositeurs d'avant-garde, ce qui lui a donné du goût pour la modernité même à contrecourant. Lui-même pour vivre a été pianiste de bar. Quand il écrit ses romans, il utilise variations et répétitions qui sont des principes de la composition musicale.
Pour Simon LEYS, le thème essentiel de Milan KUNDERA porte sur la caractère mortel de la civilisation européenne. Pour Maurice NADEAU, la parution de "La plaisanterie" a été une révélation. Le travail de KUNDERA dépasse de beaucoup son statut de dissident. Le thème de la tragédie de l'Histoire est abordé avec humour et dérision. Milan KUNDERA pense que ne pas prendre l'Histoire au sérieux demande une grande force intellectuelle, cependant un romancier ne doit pas être un philosophe. L'érotisme est présent dans ses romans quand il est révélateur d'une situation. Maurice NADEAU résume les variations de "L'insoutenable légèreté de l’être". Pour KUNDERA, il doit y avoir plusieurs lectures d'où l'embarras des critiques.
Pour PIVOT, le livre de Simon LEYS est une bonne introduction à la vie et à l'œuvre de George ORWELL. C'est presque par hasard qu'ORWELL a découvert la misère ouvrière qui va le convertir au socialisme. Durant la Guerre d'Espagne où il s'engage à côté des républicains, il a la conviction que la révolution est possible. Simultanément, il découvre la réalité du totalitarisme. "1984" et "La ferme des animaux" sont ses deux grandes œuvres. Milan KUNDERA n'aime pas le travail de George ORWELL mais le livre de Simon LEYS lui fait revoir son jugement. NADEAU préfère " La vache enragée" (autre titre "La dèche à Paris et à Londres") et "Hommage à la Catalogne".
Milan KUNDERA pense qu'il faut commencer la lecture de Franz KAFKA par "Le procès" et "Le château". Il pense que s'il est très connu, il n'est pas sincèrement aimé. KAFKA a apporté une autre imagination, avec lui le roman peut devenir invraisemblable. Simon LEYS comme Maurice NADEAU insiste sur l'importance de l'œuvre de KAFKA. NADEAU pousse à la lecture de "La colonie pénitentiaire".
Milan KUNDERA termine l'émission sur l'importance qu'a eu Prague pour la culture européenne.



****** info sur les commentaires ******
Sur les chaînes YouTube, vous êtes libre de donner votre opinion, fût-elle critique. Pour assurer la qualité du débat, nous vous demandons toutefois de toujours rester calme, poli et respectueux des autres commentateurs. Le prosélytisme, les propos grossiers, agressifs, irrévérencieux envers une personne ou un groupe de personnes sont proscrites. Tout commentaire insultant ou diffamant sera supprimé. Nous nous réservons le droit de bannir tout utilisateur qui ne respecterait pas les règles de la communauté.
*******************************************************************

Images d'archive INA
Institut National de l'Audiovisuel
http://www.ina.fr
#INA #Culture #1984

94 komentarze:

Souv Lakia
Souv Lakia:
ce genre d'emission manque beaucoup aujourd'hui
Lea Cerf
Lea Cerf:
Suis-je la seule à Simon Leys très émouvant à ne pas oser se prononcer sur l'œuvre de Kundera ? Il a l'air d'un petit garçon admiratif, c'est touchant
Opinion
Opinion:
Je me suis toujours considéré comme Kundera. Mais sans talent, sans son charisme et sa sensibilité. Et surtout beaucoup moins intelligent.
Lire ses livres, c'était comme découvrir une série de pensées comme les miennes, mais mille fois plus évoluées ... c'est quelque chose un peu bizarre
piotrouche
piotrouche:
Kundera est un écrivain exceptionnel. Il a le secret pour dire simplement des choses extrêmement profonde. Tout chez lui est limpide dans les mots, et intelligent dans les idées. Il a le chic pour nous conduire dans les méandres de la pensée humaine, d'abord en l'expliquant d'un point de vue théorique, puis en l'illustrant par un exemple concret et qui s'inscrit parfaitement dans son fil narratif. Quel plaisir de le lire!
Oscar Le Martien
Oscar Le Martien:
Superbe émission littéraire.
Les gens se disaient : "On se voit au restaurant aprés Apostrophes".
Ca prouve à quel point cette émission était un phare intellectuel.
Ce genre d'émission n'existe plus.
L'Abêtissement des gens a commencé...
Dgiava Mavo
Dgiava Mavo:
58:10 «—J’espère qu’il (1984) n’aura pas une très grande permanence. — Oui vous espérez qu’il sera démodé dans 20 ans » ... Lol
Ronald Young
Ronald Young:
Merci, Mr.Kundera! maintenanat, je mieux comprends la grande qualite de Kafka:son imagination inedite, nouveau pour son epoque.
Emmanuel Viala
Emmanuel Viala:
Fabuleux! Que de souvenirs Apostrophes! MERCI à l'INA de créer un site spécialement dédié aux numéros d'Apostrophe, s'il vous plait!!!!!! Un GRAND MERCI d'avance. Emmanuel
Denys Black
Denys Black:
L'élégance de la mélancolie.
beatrix van Til
beatrix van Til:
ah quel magnifique écrivain , immense . Vive L "Immortalité
Cecilia Mac
Cecilia Mac:
Ahhhh Simon LEYS. Ahhhhhh.... THE BEST !!!
Quelle humilité.
<3
Qi Jingye
Qi Jingye:
Simon Leys est aussi très très bien.
Fabien Dambo
Fabien Dambo:
Soixante dix minutes de bonheur Sylvie :-)
Giuseppe
Giuseppe:
No clue what they're saying or how I got here but it sounds very interesting
Olivier Mialet
Olivier Mialet:
Passionnant. Kundera est vraiment impressionnant de subtilité, de charisme et aussi d'humanité. Depuis, il a choisi le silence, dommage pour nous, mais sans doute le bon choix à notre époque de logorrhée twitteresque et facebookienne. Simon Leys est malheureusement disparu et n'est plus pour rappeler la critique orwellienne de la politique, avec ses anathèmes simplificateurs et son culte de la haine, qui renaît aujourd'hui avec Le Pen ou Lordon, sans oublier Badiou, délirant adorateur de Mao.
Gérard Rambaud
Gérard Rambaud:
Ooh...le regard lancé à l'endroit de Monsieur Leys par Mr K. // vraiment terrifiant !!
Aubrac 12
Aubrac 12:
Merci pour ce partage! Un pur bonheur!
Georges KASTOUN
Georges KASTOUN:
J’aurais aimé qu’on mettait le générique de l’émission Apostrophe. Ça réveille des souvenirs.
Jack Lili
Jack Lili:
Bernard pivot : on ne va pas tout raconter. Puis il raconte tout.
Benoît Poelvoorde
Benoît Poelvoorde:
Fantastique entretien. Une belle claque aux émissions de notre triste époque. Merci
Nathalie Dufour
Nathalie Dufour:
La meilleure émission de l'époque, toutes émissions confondues :))
Quentin Saison
Quentin Saison:
Kundera je voudrais que ça soit mon papy <3
Slakfocmsnvfgls
Slakfocmsnvfgls:
J'adore ce que dit Kafka à 11:25. Et le regard d'Orwell juste après est à péter de rire...
welekid
welekid:
influencé par Kafka et Nietzsche ?Ami d'Alain Resnais? J'ai jamais lu ce mec ,mais il peut que me plaire ,je vais m'y mettre rapidos,béni soit l'internet.
Frank DADA
Frank DADA:
à 24:50
Pas grand chose n'a changé depuis finalement: il parle de la mort de l'intime à l'époque, on pourrait dire la même chose aujourd'hui à propos d'Internet et des réseaux sociaux, puissance 10.
Michael Jackson
Michael Jackson:
Pivot passe trop vite sur des phrases ultra profondes comme celle du snob il devait être stressé
ela dobaczewska
ela dobaczewska:
Kundera magnifique.
Adeline-Wonderland
Adeline-Wonderland:
N’y a t’il pas d’émission semblable sur les grandes chaînes aujourd’hui ? J’ai une aversion pour la télévision, je n’en ai pas chez moi. Mais ces Apostrophes sont très intéressantes ! Quel plaisir !

Loin du ton polémique et de la recherche du conflit qui semble pulluler dans les programmes actuels.
a
a:
Simon Leys est un peu bizarre quand même, non ? trop d'idolâtrie.
Talc Debébé
Talc Debébé:
L'émission date de 1984
Marie Trince
Marie Trince:
Émission d une grande qualité Merci
Luc Golfier
Luc Golfier:
Je viens de lire les commentaires..... OK ! Mais, Personne ne parle de "1984" ? Orwell est un génie qui à tout compris 50 ans avant que cela se produise.... Maintenant nous y sommes ! Je ne comprends pas qu'aucune émission n'en parle ? Et pourtant nous devons le vivre actuellement ! "1984" est notre quotidien !
Uttarayan
Uttarayan:
41:00 lapsus tout a fait correct
siben gerard
siben gerard:
kundera
est un genie
Alex Thiebaut
Alex Thiebaut:
merci l'INA d'avoir sortie cette video
Joao Cruz
Joao Cruz:
Oh Sylvie Sylvie! Quelle domage! Je suis des bout da soflet
Louis Bonzom
Louis Bonzom:
Incroyable Kundera, dommage qu'il n'y ai pas plus d'interviews et d'entretiens de lui sur YouTube..
Katia Marin
Katia Marin:
Ont arrive meme a comprendre entre les lignes dans vos réponses. Merci Mr Kindera.
Trist4Seam
Trist4Seam:
Et techniquement quelle qualité sonore exceptionnelle. Comme la voix de pivot ressort parfaitement.
Fx R
Fx R:
Suis-je le seul à penser que nous avons dû devenir bête quand je vois le niveau de l’époque?
EOdeScilla
EOdeScilla:
Que sommes-nous devenus ? Franchement.
Richo
Richo:
L'intimité s'évapore..!
Bernard
Bernard:
Quel niveau, quel plaisir intellectuel !
Pedro G.G.
Pedro G.G.:
Estaría bueno que pusieran subtítulos en español.Para los muchos hispanoparlantes q queremos disfrutar estos videos.
dayof thelords
dayof thelords:
L’identité 💘 merci kundera
Beatrice Nkundwa
Beatrice Nkundwa:
Une grande époque dédiée à l'écriture. C'est la classe.
Sebastian Arango
Sebastian Arango:
Sous-titres espagnols s'il vous plaît
Maria S.
Maria S.:
❤️❤️❤️
Aγαλμα
Aγαλμα:
Oui, c'était mieux avant. Avant 81.
Beatrice Nkundwa
Beatrice Nkundwa:
Kundera est un élément clé dans la production littéraire.
Michael Jackson
Michael Jackson:
La tête de Patrick dans sa présentation mdr
bjashore
bjashore:
Je pensais que mon niveau d'études bac+7 me permettrait de lire et d'affronter armer mes lectures... Quel bel idiot je faisais ! Merci pour cette émission, je vais m'en abreuver pour chacune de mes lectures 👍🏿🙂👏🏿👏🏿👏🏿
Pierre Beckmann
Pierre Beckmann:
first
chris van
chris van:
On ne s'accommode de rien à n'importe quel échelon ! Nous vivons dans un paradis imbécile !
Mina B
Mina B:
La litanie du présentateur au début est un peu dommage
Valerie Alonso
Valerie Alonso:
Dans les premieres annees de 90, j ai lu avec plaisir les livres de Kundera! J ai commence par "L insoutenable legerete de l ame", puis j ai parcouru son oeuvre!

J ai decouvert Leys en Chine!

Apres avoir lu Kundera, je ne savais plus quoi lire...Et un ami m aura invite a lire Zweig!

Une porte ouvre toujours une autre porte...
Carl2791
Carl2791:
Pivot réussit la prouesse d'obtenir des réponses intelligentes à des questions souvent bébêtes.
nefastodelirio
nefastodelirio:
Bel homme Kundera.
Nico S
Nico S:
Comment ça c'etait pas mieux avant? Relis le titre attentivement
adam frioui
adam frioui:
Devant le genie de Kundera ,Pivot apparait comme mister Bean,il n'a pas compris que l'auteur parlait de lui,et le snob qu'il incarnait,sur son propre plateau
Hcirdeirf Ehcsztein
Hcirdeirf Ehcsztein:
24:30
Pierre Richard
Pierre Richard:
7 publicités! Je trouve qu'ils abusent...
Nicolas Alexandre Messina 19.06.1975
Nicolas Alexandre Messina 19.06.1975:
Merci de nous permettre d'avoir accès à l'INA. Finalement, *Apostrophe* n'était pas plus ou moins profond que *La Grande Librairie*, encore que Kundera soit devenu mythique.
Dominique Descottes
Dominique Descottes:
Bernard PIVOT LE MAITRE ABSOLUS DE LA LITTERATURE,DE LA LANGUE FRANÇAISE
UN TITAN DE CULTURE,
SON CHARISME
SES INVITES
LE HAUT DU PANIER
Gordana Gina Mihajlovska
Gordana Gina Mihajlovska:
Why are any of the 3 writers philosophers?..
KINEX KINEX
KINEX KINEX:
Pesez le pour et le contre sur la difficulté de ne pas penser à la possibilité d'être un sauvage, mais pas sans tendresse. Merci.
pep pepita
pep pepita:
Le barbu m'a beaucoup plus !
Arnaud FAUCHERE
Arnaud FAUCHERE:
GENIALISSIME !!!
Dom Isabelle
Dom Isabelle:
Kundera, ayant connu lui-même le totalitarisme soviétique à Prague, a prévu la fin de notre civilisation occidentale. C'est Simon Leys qui en parle. À cause de son expérience de la dictature, Milan Kundera n'aimait pas la littérature utile politiquement, et donc 1984 et La Ferme des animaux d'Orwell; leur préférant ses Essais. Sachant que George Orwell a mis dans 1984, publié six mois avant sa disparition, ce qu'il avait appris d'un initié de la confrérie des I||umin ati, à laquelle il avait adhéré et quittée, on comprend mieux. Kundera lui reproche aussi de faire l'erreur habituelle de considérer la Pologne et la Tchécoslovaquie comme étant des pays de l'est, alors qu'il s'agit de pays occidentaux colonisés de manière lente et brutale.
Fall salem
Fall salem:
Ce Kundera est franchement authentique
Truc Much
Truc Much:
Ils n'ont pas parlé du court écrit d'Orwell intitulé "L'âme humaine sous le socialisme".
Vous le trouverez gratuitement sur le web.
P. E.
P. E.:
La plaisanterie, ce premier roman grâce auquel il gagna sa liberté et sa gloire. Mais quelle ne fut pas sa surprise, quand, après une meilleure connaissance du français il s'est rendu compte que cette "plaisanterie" était traduite n'importe comment !!
Alors, de quel livre parle-t-on là ? De celui retraduit par Kundera lui-même ou de l'autre, traduit par le gros fantaisiste ??
Sam T
Sam T:
Pour moi, Kundera n'est pas du rang de Kafka et d'Orwell, il en est loin.
Roland Luth
Roland Luth:
Il me fait penser à juan romano chucalescu dans le sketch des inconnus XD
Flo Flo
Flo Flo:
Mr. Leys s'est pleinement rachete a la fin. Par contre Milan termine dans une plaisenterie...
EL RECUPERATOR
EL RECUPERATOR:
1984 ce livre avant gardiste ...
Michaela Dočkalová
Michaela Dočkalová:
brutální český přízvuk.
Monika Prost
Monika Prost:
neni genius, bohuzel
Yudha Purnama
Yudha Purnama:
Can someone please add the english subtitle?
philippe ghirardi
philippe ghirardi:
S'il vous plait, de ne plus citer Malraux à propos de la guerre d'Espagne où il n'est jamais allé et le peu qu'il a fait était tellement absurde que ce sont les combattants qui supplièrent qu'il cesse ses conneries. Malraux n'était qu'un romantique souffreteux (ce qui fait très chic depuis Proust dans certains salons convenus), heureusement que de Gaulle avait besoin de son élogieux servile pour écrire, de son vivant, sa propre légende; à part ça Malraux n'a servit qu'à lui-même et rien d'autre, l’héroïne coûte cher et l'impunité nécessaire ô combien aussi, de corruption.
Marguerite Belot
Marguerite Belot:
Je kiffes Kafka
LIWYC, TH3 L4ZY 0N3
LIWYC, TH3 L4ZY 0N3:
Aider moi je ne comprends rien.
Jean-Yves Caro
Jean-Yves Caro:
- Après avoir lu " l'immortalité " de Kundera, j'avoue que j'ai du mal à en retenir quelque chose. Je suis sans doute trop jeune pour comprendre... Une deuxième lecture, peut-être, mais à l'écouter ici, je crois que non. Par contre, lire la connerie socialiste décrite dans 1984 je m'en souviens ! Merci Mr Orwell !
ALAIN Baldassari
ALAIN Baldassari:
Shalom
On voudrait nous faire croire que ce charmant monsieur a apprit a maitriser la langue france a ce niveau en si peu de temps
Et n'est jamais allé a l'école de la république ?
A méditer 😅
Bravo 💃🥂🍾
Geel Hegorg
Geel Hegorg:
Maintenant on a La Grande Libraire ;) gé-nial!
Tomazs Eczkmühn
Tomazs Eczkmühn:
Pivot, le champion de l'orthographe : "vous étiez nationalisé" pour vous étiez "naturalisé" français MDR !!!
Souleymane NDOYE
Souleymane NDOYE:
Un bi mensuel qui paraît donc tous les 15 jours
Paul R.
Paul R.:
il est aussi assommant que ses bouquins
Broc Hanteur
Broc Hanteur:
un homme à lire ;je croyais avoir tout épuisé ouf .Je vais le chercher en Audio .
Chris Véry
Chris Véry:
Kundera ne sera jamais francais quelle question idiote
Aγαλμα
Aγαλμα:
J'ai toujours pensé que Pivot était mauvais.
C U T R O S E
C U T R O S E:
C'est fou comme la présence de Kundera n'a pas l'air d'être prise en compte à certains moments. Alors déjà, ils parlent de lui à la 3ème personne, alors qu'il est sur le plateau, mais tout va bien... et quand il s'agit de résumer un de ses livres, il n'est pas même sollicité. Incroyable.
Benoît Poelvoorde
Benoît Poelvoorde:
Merci la France.. pays de la culture.
Benj
Benj:
Tellement surcoté Kundera....l'interview au début est poussive et les réponses inintéressantes au possible!